Author Archives: christian

Morad

Morad

Marion, Coordinatrice associations – animations – DAJAC – Programme VIK-e au Centre Léon Bérard, a fait appel à l’association Les Échappées de Sébastien pour Morad, jeune patient de 18 ans, hospitalisé en service protégé dans une chambre à « pression positive ».
Cet isolement pèse sur Morad dont le moral est au plus bas.
En accord avec sa maman et l’hôpital, l’association a fait l’acquisition d’un ordinateur portable ACER Aspire noir qu’elle a offert à Morad et qui lui permettra de rompre en partie cet isolement.

« Salut je suis Morad, je voulais te remercier pour le pc que tu m’as offert.
Tu m’as donné un beau sourire.
Merci encore ❤️ »

Charlotte B.

Charlotte B.

Anne Sophie, responsable AJA à l’hôpital Lyon Sud a fait appel à l’association Les Échappées de Sébastien pour Charlotte, jeune de 19 ans actuellement en traitement par immunothérapie pour un lymphome.
Son besoin : Une séance de deux heures  trente de conseil en image réalisée par Jennifer du cabinet Subliminence pour retrouver confiance en elle et estime de soi, valoriser sa féminité, adopter l’image qui lui ressemble et maitriser sa communication non verbale.

« Cette expérience était vraiment sympa ! Le contact et les interactions avec Jennifer, dans son studio, mettent tout de suite à l’aise et en confiance. La séance est dynamique et instructive. J’ai beaucoup aimé l’ambiance générale, c’est une expérience à vivre. Je recommande donc à tous de saisir cette opportunité et d’en profiter !!
Charlotte »

Jason

Jason

« Bonjour à tous, je me prénomme Jason, j’ai 23 ans et j’habite en Haute- Loire.
Cela fait à peu près 4 ans que l’on m’a annoncé un sarcome synovial au niveau abdominal, après plusieurs tentatives d’opération très importantes mon sarcome est toujours revenu.

Je tiens à remercier cette association formidable de m’avoir permis de passer une agréable soirée à la brasserie Paul Bocuse en compagnie de ma famille.
Le repas était excellent surtout le poulet et sa sauce forestière.
Cela m’a fait beaucoup de bien de faire une pause après 4 ans de traitements intensifs. »

Pascaline

Pascaline

Éducatrice en activités physiques adaptées (APA)

« Après une formation à la faculté en STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives), je me suis spécialisée avec une licence APA (Activités Physiques Adaptées) afin de pouvoir travailler avec des publics présentant différentes pathologies et depuis 4 ans je suis à mon compte, avec l’objectif d’ouvrir une salle de sport adaptée dédiée aux malades mais aussi aux personnes bien portantes permettant des interactions entre tous.

Depuis 6 mois, je coache Timothée, 22 ans, atteint d’un cancer avec un financement de l’association Les Échappées de Sébastien.
C’est la première fois que j’accompagne un malade aussi jeune avec cette maladie.
Je dois prendre le recul nécessaire, lui apporter tout mon soutien en lui donnant le maximum pour son mieux être physique et moral.
Cet accompagnement me permet de mieux comprendre la maladie, de mieux ressentir les besoins, de mieux comprendre les douleurs.
Il me permet aussi de confirmer que seul un lien de confiance et de complicité avec le patient permet d’obtenir de bons résultats.

Comme souvent, nous commençons par quelque chose (ici le besoin de sport) et plus on connaît la personne, plus on va vers autre chose (dans le cas présent, un soutien moral, un accompagnement humain, une bouffée d’oxygène pour le jeune).
L’important, c’est d’être à l’écoute des besoins de tous ces jeunes confrontés à la maladie afin d’adapter au mieux nos interventions, les aider à se confier sur ce qu’ils vivent afin de leur apporter ce dont ils ont envie. »

kuro goma

kuro goma

Kuro Gom a signifie “sésame noir” en japonais. Une matière première précieuse dans la cuisine du pays du Soleil Levant, que Maximilien Risch et Daisuke Yoshioka utilisent à bon escient au sein de cet izakaya.

Ce bistrot japonais révèle un univers épuré et chaleureux, et dans les assiettes, l’authenticité culinaire fait plaisir.

Le jeune patron, Maximilien Risch, est né à Annecy, mais sa mère est japonaise et bonne cuisinière.

« Mes sources d’inspiration viennent donc des recettes familiales et aussi d’amis japonais cuisiniers », confie le propriétaire qui a travaillé en cuisine et en salle chez Satsuki , à Chamonix. « Lorsque j’ai ouvert Kuro Goma , il y a deux mois, j’ai sollicité, pour du consulting culinaire, Jonathan Alvarez, second du grand chef Jean-François Piège. Nous avons élaboré la carte ensemble », affirme Maximilien, ensuite rejoint par Daisuke Yoshioka, qui a exercé pour un izakaya à Tokyo et chez Akoya , à Nice.

C’est le soir que l’on découvre les intéressants petits plats à partager, aux textures, saveurs, cuissons et assaisonnements ultra peaufinés. D’emblée, on est emballé par les croquetas de tofu frit (notre recette du jour) et les aubergines frites, bouillon chaud de dashi, daïkon râpé, togarashi (épices). Tendre à souhait et très goûteuse, la noix d’entrecôte grillée à la sauce yakiniku, sel de citron et yuzu maison, fond en bouche. Il faut absolument goûter les gyoza, ravioles japonaises à la viande ou en version végétarienne, farcies au chou chinois, ciboule Nira et shiitakés. Ici, pas de sushis, mais des sashimis saumon.

Parmi les accompagnements, on adore la soupe miso. Les desserts sont également maison, comme la crème brûlée infusée au thé Hojicha, au goût légèrement grillé. Ces moments de pur bonheur gustatif peuvent s’accompagner de sakés, bières ou encore de vins de prune. Le service est efficace et l’on repart ravi de cette belle découverte.